Ces grands moments de solitude ;)

Je fais pas mal de boulettes dans ma vie pour avoir matière à raconter ! Comme je souris beaucoup et que je rigole souvent à mes propres âneries, ça passe mieux. Tout de suite. Aujourd’hui, j’aimerais partager ma dernière boulette en date. Ce que j’appelle :

Les grands moments de solitude.

Vous allez comprendre.

La semaine dernière, petite fête de fin d’année à la crèche. Il fait beau. On est dans le jardin. Tout le monde a apporté de quoi grignoter voir même dîner. C’est comme un cocktail dinatoire mais sans alcool et avec des enfants qui braillent autour des adultes. Très sympa (si si).

L’occasion aussi de discuter plus longuement avec les parents que l’on croise tout au long de l’année, souvent en courant car en retard.

A cette fête, j’ai notamment fait la connaissance du papa d’un petit camarade de mon fils (je dis « notamment » car je discute énormément avec beaucoup de monde). Le papa est très sympa. Il est venu avec tous ses fils, même les grands. On papote. On a, semble-t-il, les mêmes « curseurs », de ce que j’en comprends. Et puis, il doit partir. Très bien. Il me tend la main en me disant qu’il est enchanté et il me balance son prénom. Je comprends (la flèche) qu’il attend le mien lol, je lui donne. Voilà.

Mais en fait non. Pas voilà…

JE NE ME SOUVIENS PLUS DE SON PRENOM. Rien. NEANT. Je n’ai pas écouté alors je feinte. Je fais tout pour ne plus le croiser ou le croiser en mode furtif-méga-coup-de-vent. Pourquoi n’ai-je pas écouté /o\ ??. Zéro pointé, la fille. Et puis, inutile de demander à l’Homme qui était présent, mais qui ne s’est pas du tout senti concerné (tiens donc !?).

Si j’ai enclenché le mode survie, c’est juste parce que…

…ça m’est déjà arrivé.

Lors d’un séminaire d’entreprise. Cocktail de bienvenue. Il y a énormément de monde et comme je suis dans le domaine depuis 3 ans, j’en ai déjà rencontré une partie.

Et là, derrière moi, j’entends un fort peu discret « Heyyyy ! Comment vas-tu ? Toujours bla bla » et le gars commence à me poser de vraies questions sur ma vie. C’est à dire qu’il semble me connaître MAIS MOI PAS DU TOUT.

Aïe aïe. Je sais qu’à un moment il va falloir que je lui rende ses questions pour ne pas passer pour une sombre nombriliste auto centrée sur elle-même. Alors là il faut faire TRES vite :

  • Checker s’il a une alliance pour lui demander comment va sa femme ?
  • Chercher du regard un autre membre de ce séminaire qui serait potentiellement intéressé de rentrer dans notre conversation. Anyone ?
  • Recevoir un coup de fil qui me permettrait de rester à côté pour entendre 2-3 trucs de sa part et les ressortir lorsque j’aurais terminé cette conversation téléphonique ?

Bah quoi, il faut ce qu’il faut. Heureusement ce coup-ci, j’ai été sauvée par un collègue qui s’est incrusté de façon enthousiaste dans la conversation et qui a posé les questions à ma place. Questions sur lesquelles j’ai rebondi héhé ;). SAUVEE.

___

Pour revenir à la crèche. J’ai donc missionné une assistante maternelle pour me retrouver ce foutu prénom. Elle a bien ri, certes, en a parlé à ses collègues, génial, pour finalement missionner la directrice adjointe qui possède tous les dossiers, et qui s’est gentiment moqué au passage.

Solitude oui mais avec le sourire.

Et surtout, c’est la fin de l’année hein \o/.

moments de solitude