Le sommeil, la mémoire et… moi-même

Les deux premières années qui ont suivies la naissance de notre fils ont été beaucoup trop trèèèès longues, pour nous, parents. Chaque journée était elle-même interminable pour un être humain normal (moi en l’occurrence).

Des journées sans fin.

Pas de sieste le matin, une toute petite en début d’après-midi et encore (20 minutes max) et surtout pas de sieste de fin d’après-midi (c’est pour les faibles, maman). Les difficultés ne s’arrêtaient pas là car la nuit, il fallait au moins se réveiller 4-5 fois, 20 minutes à chaque fois. Jusqu’à presque 2 ans (où les siestes étaient quand même apparues et deux reveils nocturnes suffisaient. Ah ouf !).

C’est un constat. Aujourd’hui c’est derrière nous.

Cela dit, à ce moment là, on ne se rendait pas compte à quel point le sommeil entrecoupé et les petites nuits nuisent (au bien être, ça c’est sûr) mais aussi à la productivité. Je suis assez résistante donc mis à part sur ma tronche et les matins où on s’appuie aux murs pour tenir debout (« bourrée » sans alcool, la fête est plus folle !) qui révélaient le désastre, je venais tous les jours au taf et essayais de faire mon travail avec la meilleure volonté du monde.

MAIS CA NE SUFFIT PAS.

Non la volonté ne suffit pas. Je le sais aujourd’hui.

Et maintenant ?

Aujourd’hui ça fait 5 mois que je dors bien. Pas des nuits de maboule, mais 6h-7h sans interruptions. Je suis donc joie et bonne humeur ! Je vois mes journées avec une autre perspective : je ne suis plus en mode survie mais en vie. Réellement. Le gap est énorme.

Mais ce n’est pas le plus dingue. Le plus étonnant c’est que mon taf est devenu facile ! Mes tâches journalières sont devenues plus simples. Tout est plus clair. Tout ça parce que j’ai recouvré la mémoire. Ce que je fais reste dans mon petit cerveau. Ça devient facile. Je comprends et retiens ce qu’on me dit et ce que je fais. Et dans mon taf c’est énorme. Vous ne pouvez pas vous rendre compte à quel point ça me change la vie. C’est une renaissance professionnelle !

J’étais devenue un zombie.

D’ailleurs, la meilleure phrase que j’ai sortie et qui a fait halluciner mon chef : « C’est génial, je me souviens de ce que j’ai fait hier ! », accompagnée d’une petite danse de la joie, bien entendu. Hahaha. Il a halluciné mais c’était tellement vrai ! 😉

Heureusement, tout le monde ne vit pas ça. Mais malheureusement, il y en a trop quand même… Et je souhaite tellement de courage à ces parents là. Heureusement, un jour ça s’arrête et on revit. Promis. 🙂