La sociable et l’introverti

C’est amusant, j’ai deux enfants de 2 ans d’écart. Deux caractères très proches. Toujours fourrés ensemble. A s’inquiéter s’il en manque un. Parfois à se demander s’ils n’ont pas un comportement de « jumeaux ». Des miroirs d’empathie l’un envers l’autre. Comme si l’autre n’était finalement qu’une partie de lui-même que l’on aurait séparé.

Mais étonnamment, deux personnalités publiques diamétralement opposées :

ELLE est ultrasociable et LUI trop introverti.

Et ce, depuis la naissance…

—–

Elle est née très éveillée. Yeux grands ouverts. A « regarder » les gens dans les yeux avec tellement d’insistance que ça en était troublant. Comme si elle cherchait à percevoir notre âme, à chacun.

Il est né, renfermé. Ses premiers jours il les a passés à dormir, comme s’il ne voulait voir personne. Il semblait fuir les regards en penchant la tête de côté, comme si les gens étaient effrayants et qu’il ne voulait pas les voir. Il voulait sa bulle.

A 9 mois, elle aurait sauté dans les bras de n’importe qui, pourvu qu’elle puisse rentrer en contact !

Au même âge, il pleurait jusqu’à ce que les gens s’éloignent de nous, jusqu’à ce que les invités quittent l’appartement, jusqu’à ce que nous soyions de nouveau seuls dans notre cocon familial.

A la crèche, elle passait le plus clair de son temps à observer les adultes et écouter les restitutions faites aux parents plutôt que de jouer avec les enfants de son âge.

Même lieu, lui se cachait derrière son petit lit, à pleurer dès qu’une personne ou un parent rentrait dans la salle de vie. Il ne faisait aucune activité proposée et s’empêchait de jouer avec les autres enfants.

En première année de maternelle, en quelques semaines elle fréquentait les enfants de primaire, et même jusqu’aux enfants de CM2.

Lui ne voulait pas jouer avec ses propres cousins, rejetait ses grands-parents.

Elle voulait s’émanciper, rencontrer les autres, avoir des liens.

Lui demandait les bras, d’un regard si suppliant, pour justement ne pas avoir à subir ce contact.

Elle et son esprit si curieux de la vie.
Lui et son regard si anxieux sur le monde.

—–

La souriante et le taciturne.
La téméraire et le craintif.
Ma joie et ma détresse.

Je me demande si souvent pourquoi…

Et je crois que je me le demanderai longtemps. Derrière cette question, il y a forcément de la culpabilité. Qu’ai-je fait pour que lui soit si mal ?

Ce sont mes enfants. Je les aime tout les deux, tellement. Et pourtant, lui je ne le comprends pas, étant plutôt comme elle. Moi, si fière de voir cette petite fille extravertie, et si démunie devant le mal être de mon fils. Du coup, j’apprends tous les jours avec lui, déjà à le comprendre mais aussi à respecter les gens comme lui si différents de moi. C’est un long travail de fond, en partenariat avec la crèche, qui se rend bien compte du malaise. Petit à petit, nous essayons de l’amener à prendre confiance.

Et en voyant aujourd’hui mon petit bonhomme commencer à s’ouvrir, à sourire, j’en conclus que notre chemin est le bon.

la sociable et l'introverti