Mon meilleur moment pour décompresser

J’ai très souvent cette impression de ne pas avoir le temps de souffler, d’être compressée entre la vie professionnelle et la vie familiale.

Une sorte d’engoncement qui parfois étouffe, non ?

– – –

Et en y réfléchissant bien, j’ai fini par trouver mon moment de décompression et il est devenu précieux.

Ma véritable soupape depuis que ma boîte à déménagé, ce sont les trajets entre le travail et le domicile. Je les fais, heureusement pour moi, en voiture (je prends même l’autoroute) ! Youpi vive la pollution (nan j’déconne).

Pendant la journée, je suis au bureau avec son lot de tensions du moment. En bref, mon job qui ne m’amuse plus, ma candidature en attente de réponse, le manque de sommeil qui sait jouer sur mes râlages,…

Après avoir quitté le taf, j’ai droit à 30 à 40 minutes de trajet sans personne pour empiéter sur mon espace vital ni sonore (mis à part les cons au volant, mais les cons il y en a partout malheureusement…). Durant ces moments là, j’ai l’impression d’être seule. Ca reste purement fictif si on considère la centaine de voitures autour de moi ! Mais ça fait du bien quand même. Je peux enfin me mettre à penser !

Oui. Personne pour m’interrompre dans le fil de mes pensées. Personne pour hurler tout le désespoir qu’est sa vie entre le bain et le repas. Personne pour déverser sur moi le flot de toutes ses frustrations et des injustices subies dans la journée. Personne pour me prendre pour le punching-ball à émotions. Personne pour croire que je suis la zone d’évacuation. Parce que c’est un peu ce que je suis devenue depuis que je suis mère, rôle accentué depuis la crèche et exacerbé depuis l’école (mais mission acceptée).

Qu’à cela ne tienne, j’ai ces 30 minutes pour moi.

Et puis on serre les dents et on enchaîne sur l’intendance du soir, les pleurs de fatigue et les cris de frustration !

Et je passe vite sur tous les autres sujets qui auraient grand besoin d’être évacués aussi : les discussions inachevées avec l’Homme, le manque de sommeil (toujours, lui), les courses que j’ai oubliées de caser dans le planning, les kilos qui s’accrochent, les injonctions de la société (lol), les gens qui n’ont pas d’humour (troll), le monde qui part en cacahuète et mes rêves qui attendent… Tout ça.

Rien que ça ? 30 minutes, 2 fois par jour ça va suffire ?

meilleur moment pour decompresser

Bon. En réalité, j’ai trouvé d’autres moments où je peux décompresser 😉 :

  • Les rares fois où je prépare le repas, moments durant lesquels je me permets de mettre la hotte en regardant les plats cuire (ça isole très bien, sachez-le).
  • Et les moments d’insomnie (et encore s’il n’y a pas d’enfant qui squatte ou l’Homme qui ronfle) mais c’est pas le must, je vous l’accorde !

 Et vous, quel moment astucieux avez-vous trouvé pour décompresser ?