Il y a urgence, je crois…

urgence planete

Il y a quelques jours, j’ai été interpelée par le titre du nouveau film de Leonardo Di Caprio. Mais pas tant par son titre que par son format documentaire, dans lequel il est le personnage principal et le producteur :

Before the flood (Avant le déluge).

Dans ce film, Leonardo Di Caprio y relate sa mission en tant qu’ambassadeur de l’ONU sur les questions climatiques. Amer constat : tout ce qu’il y dit, on le sait déjà depuis fort longtemps, mais on a préféré fermer les yeux. On a préféré croire que ce n’était pas si grave, et pas si irréversible.

Si vous n’êtes pas encore convaincu par les changements climatiques, vous pouvez faire un petit tour sur le site de la NASA !

Et dire que j’ai grandi durant cette guerre stupide entre les climato-alarmistes et les clima-sceptiques. Et je ne me suis pas tant sentie concernée. Pourquoi avoir attendu 39 ans, de regarder un film qui ne m’a rien révélé mais juste montré du doigt ce que je sais, pour m’offusquer et vouloir agir ?

Ma démarche va donc commencer ici et maintenant. Je vais faire mon petit colibri et vous suggérer de voir ce film ! C’est très important !

Tout d’abord la vidéo sera retransmise gratuitement (et apparemment traduite) sur le site du National Geographic le dimanche 6 novembre à 4:45. Mais vous pouvez également la voir sur Youtube ou Dailymotion très facilement et sans contrainte horaire (en revanche elle sera en anglais).

before the flood

Before the flood (trailer)

.

Ce n’est pas tout.

Puisque j’en suis à vous raconter ma vie sur ce blog, je vais vous présenter une autre facette de moi : j’ai toujours détesté manger (surtout la viande) et faire la cuisine est une véritable punition.

Il y a plusieurs raisons à cela : enfant, les repas duraient bien trop longtemps et étaient trop stricts et ennuyeux (et les enfants parlent quand on les y autorise, youpi). A ça, on ajoute mon dégoût de mettre les mains dans la nourriture et hop le combo faire-la-cuisine / débarrasser-les-plats était devenu ma hantise. D’ailleurs je ne me résouds toujours pas à laisser mes enfants mettre les mains dans leur assiette (autant vous dire que la DME ou découverte des aliments par soi-même… heuuu très peu pour moi).

A 17 ans, j’en étais à clamer, à qui voulait bien l’entendre que, dans le futur, on mangerait des pilules saines et équilibrées et on n’aurait plus besoin de se faire chier ni dans les supermarchés ni à table (excuse my french !). A ce moment là, j’y voyais surtout un côté pratique.

Je peux vous dire qu’aujourd’hui je les attends avec impatience ces pilules. Vu ce qu’on fait subir aux animaux et à cette pauvre planète rien que pour s’alimenter cradement (huile de palme, pesticides, insecticides, hormones, maltraitance animale, etc), ça donne envie de vomir. Je ne parle même pas de la consommation en général, mais juste de l’alimentation vitale.

A qui se fier pour manger sainement, pour manger propre, pour manger éthique, pour manger cruelty free ? Je n’en sais rien. Et c’est bien ça qui me fait peur / me met en colère.

Pour ceux qui ont encore des doutes sur le traitement des animaux, vous pouvez suivre PETA (Pour une Éthique dans le Traitement des Animaux). Ils sont aussi sur Facebook et Twitter.

Je vous propose également de regarder ce film de 2005 (attention, il retourne les tripes, mais personne ne doit ignorer cela) :

earthlings

Earthlings

.

Pour conclure sur une note positive.

Allez regarder le magnifique film documentaire de Mélanie Laurent qui est plein d’espoir sur l’avenir car il nous présente des initiatives positives et concrètes qui fonctionnent déjà. Et si c’était cela le monde de demain ?

demain

Demain (trailer)

 .Je

Il y a urgence car c’est de la planète, que nous laisserons à nos enfants, dont il s’agit…
Je vais faire mon petit colibri. Mais ensemble on irait plus loin.
Et vous ?

.