Une histoire de dingo

16 août 2007, suite de notre voyage en Australie : nous prenons l’avion de Sydney à Alice Springs (aperçu du roadtrip complet, ici My australian dream).

J’annonce tout de suite : nous ne restons pas à Alice Springs. Car si elle est le point central de l’Australie, ce n’est pas une très jolie ville. Et puis notre but, en venant par ici, est de découvrir l’outback australien et de s’imprégner de ce pays immense.

.

Welcome to the australian outback

outback australie

Pour info, l’outback australien, c’est grand comme les deux tiers de l’Europe et ce n’est habité que par un million de personne ou un peu plus. C’est peu. De quoi se sentir bien seul ! 😉

A peine descendus de l’avion, nous récupérons une voiture (un 4×4 même), nous faisons quelques courses et hop direction l’outback australien, vers Finke Gorge National Park. Voici la carte de notre parcours sur les 3,5 jours suivants (une petite escapade modeste d’à peu près 1100 km) :

carte outback australie

outback australie

Deux heures de 4×4 plus tard, il nous semble arriver au fin fond du monde, à Palm Valley. Même le GPS ne reconnait pas ce lieu, pour vous dire (lost ?). Il faut savoir que les routes sont des pistes en terre. Et que les guides touristiques nous ont prévenus : on est quasi seuls au monde sur des centaines de km et il n’y a pas de réseau téléphonique donc il vaut mieux avoir une roue de secours ET un pneu suplémentaire à faire brûler en cas de problème.

Bon. Pas flippant du tout cette histoire.

Du coup, nous ramassons aussi du bois sur la route, sait-on jamais. il fait froid en hiver et on traverse le désert !

outback australien

finke gorge national park australie

Lorque nous arrivons au campement, nous découvrons quelques arbres quand même, trois 4×4, quelques tentes, un feu de camp et les montagnes tout autour. Nous qui nous attendions à une réception, lol, on est servi. Mais pas de panique ! On installe d’abord les tentes, le plus loin possible des autres, genre à la limite du camp.

ouback australie palm valley

Etape suivante : se préparer à dîner. Ok, on a le bacon, on a les saucisses mais… on n’a pas de grille ni de piques ! En mode DIY, on taille des piques en bois et on file au feu de camp commun, un peu gênés de ne pas avoir prévu de matériel approprié. Un vieil australien avec son chapeau de cowboy nous demande si on compte faire à manger avec ça et nous tend sa poêle en fonte, d’un air plus qu’amusé. Il fait presque nuit.

Après le dîner, il nous invite à prendre un thé australien avec sa femme et deux anglais. On accepte volontiers, la vaisselle attendra !

Gros cliché et jolie rencontre (on n’est pas si loin de crocodile dundee lol). On boit le thé au coin du feu. il nous raconte des histoires, il nous chante le « deuxième hymne australien » Matilda with me. Il nous parle aussi des animaux dangereux d’Australie : serpents, requins, dingoes, jellyfishes et autres. C’est à ce moment d’ailleurs qu’il nous semble entendre quelque chose tomber vers nos tentes. Mais on n’y prête guère attention, on parle de l’accent australien, tellement bizarre que l’anglaise est obligée de traduire la conversation à son mari !

une nuit dans l'outback australien

A 21h, il fait nuit noire depuis déjà 2 heures. On décide de retourner vers nos tentes. Et là… on ne retrouve plus nos assiettes, ni nos poubelles non plus. Il avait raison, l’australien. Il ne faut rien laisser trainer avec les dingoes. Rigolade… nerveuse, on flippe un peu quand même. A force d’être nourris par l’homme, les dingoes deviennent agressifs. Tout compte fait, nous décidons de déplacer les tentes près du 4×4 (merci la version « 2 secondes » de Queshua qui permet de faire ça rapidement) et nous allons nous coucher… dans le territoire des dingoes.

A-t-on bien dormi ?

Heu… comment dire ? A part quelques hurlements de dingoes dans la nuit, quelques visites de leur part autour de nos tentes et le froid glacial de la nuit dans le désert, ça aurait pu être pire ! Enfin, on ne faisait pas trop les fanfarons au réveil, surtout quand on a découvert les petites traces de pattes des chiens sauvages.

Pour info, nous avons retrouvé nos assiettes et couverts, 100 mètres plus loin dans les broussailles !

dingo australie

Vous dire qu’on est prêts à recommencer la nuit suivante… ? En même temps, on n’a plus trop le choix si on veut être à Darwin quelques jours plus tard !

La suite de nos aventures dans l’outback australien, dans un prochain billet. En attendant, je vous laisse quelques photos de paysages : .

outback australie

outback australien

Next : les pistes de l’outback !
Previously : Sydney.